Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Puy-de-Dôme

Visite du château d'AULTERIBE, le 25 juin 2019.

Le château d'AULTERIBE est situé dans la commune de SERMENTIZON (63), dont Monsieur Élie FAYETTE, président du comité de Thiers de la SMLH, a été maire de 1982 à 2005.

Bref rappel historique

A l'origine il s'agit d'un château fort situé sur les premiers contreforts des monts du Livradois, au bord de la voie romaine qui conduisait de Clermont-Fd à Lyon.

En 1400, Pierre Chollet devient Seigneur d'Aulteribe. Sa fille épouse Charles Motier de La Fayette, qui renforce les fortifications. La seigneurie d'Aulteribe reste dans la famille de Montboissier puis de Beaufort-Montboissier jusqu'en 1662, puis échoit à la famille de Montagu, qui garde le domaine pendant un siècle.

En 1775, la propriété est vendue à Jacques de Pierre (1718-1800), qui prend le titre de marquis. Le château médiéval est alors en très mauvais état.

Son petit-fils, Joseph de Pierre (1808-1885) épouse Marie Pauline Henriette Onslow (1814-1883), fille du compositeur Georges ONSLOW (1784-1853). Avec l'aide financière de sa belle-soeur, Caroline Costoz-Onslow, il restaure et embellit le château et constitue une riche collection d'objets d'art et de tableaux.

Ces collections sont léguées à Henry de Pierre (1871-1954), le petit-fils de Joseph, ingénieur agronome, qui poursuit une carrière d'officier des haras. Il dirige notamment les haras d'Hennebont et de Compiègne, puis de 1931 à 1936 il est directeur des Haras nationaux. Le 28 novembre 1911, il épouse Antonia de Smet de Naeyer (1874-1949) fondatrice de la Ligue royale belge de protection des oiseaux.

À sa mort, en 1954, le Marquis Henry de Pierre, sans descendance, lègue le château et ses collections à la Caisse nationale des monuments historiques.

Le château est classé monument historique depuis le 30 mars 1949 et l'ensemble des collections depuis le 12 octobre 1953.

Particularités du château d'Aulteribe

Le leg du Marquis Henry de Pierre.
Ce leg a trois conséquences majeures :
- Le château est propriété de l'État, qui le gère et l'anime.
- Les collections sont directement liées au château, ce qui interdit de les disperser.
- Le château doit être ouvert au public pour servir "à l'instruction artistique des visiteurs".

L'empreinte de George Onslow.
George Onslow est un compositeur français, né à Clermont-Fd le 27 juillet 1784 et décédé dans cette même ville le 3 octobre 1853.
De son vivant, il est très largement et unanimement reconnu, alors qu'aujourd'hui il est pratiquement oublié. Son oeuvre est essentiellement consacrée à la musique de chambre pour cordes. Elle est quasi-absente du répertoire depuis plus d'un siècle, en édition moderne.

Les collections d'oeuvres d'art.
Du fait de l'obligation de les conserver, les oeuvres exposées sont du plus grand intérêt par la cohérence de leur présentation et leur originalité, notamment un portrait du cardinal de Richelieu.

Un centre d'apprentissage spécialisé.
En 1999, le premier brevet technique supérieur des métiers d'art ébénisterie "restauration et création" a été créé. La formation en alternance se déroule sur deux ans. La formation pratique est dispensée dans une dépendance du château.

La visite du château d'Aulteribe du 25 juin a été suivie d'un déjeuner dans un restaurant de Sermentizon et complétée par la visite du château de La Gagère, qui était initialement une dépendance du château d'Aulteribe.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016