Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Puy-de-Dôme

Photographie de la dernière activité

Les obsèques de l'adjudant-chef (h) Albert CONSTANT ont été célébrées le mercredi 13 février 2019 en l'église de SAINT-BEAUZIRE.

Ci-dessous, le texte de l'intervention de son fils Michel.

Papa est né le 27 mars 1927 à Paris. Il passe sa petite enfance à Cébazat (63), où ses parents se sont installés comme maraîchers dès 1934.

Au moment de la défaite de la France en 1940, il a 13 ans. Il se sent profondément humilié en voyant la tenue déplorable des soldats français en déroute qui cantonnent chez lui, dans les dépendances de l'exploitation familiale. C'est à cet instant qu'il jure que si un jour une nouvelle armée française moderne est de nouveau reconstituée, il choisira le métier des armes.

Au cours de l'année 1943, du haut de ses 16 ans, avec André QUINTY, son camarade de Saint-Beauzire, où il habite avec ses parents depuis novembre 1942, il dérobe un fusil à l'unité allemande qui cantonne à l'école de Gerzat.

Début août 1944, il rejoint les Milices patriotiques, c'est au sein de cette organisation qu'il participe à la libération de Clermont-Ferrand.

Le 1er octobre 1944, alors que ses parents le croient toujours en formation d'apprenti tailleur et, grâce à la signature de sa soeur aînée Denise, qui elle est majeure, il s'engage pour la durée de la guerre au titre du 1er Bataillon de marche nord–africain.

Après la victoire de 1945, il est désigné pour servir en Indochine, le 13 octobre 1946.
Affecté à la 1ère compagnie du 23e Régiment d'Infanterie coloniale, il sert dans cette unité, successivement, comme chef de groupe, puis chef de section et même comme commandant de la 98e Compagnie de supplétifs vietnamiens pendant quelques mois.

Avec son bataillon, il participe à toutes les grandes opérations conduites par son unité, notamment dans le delta du Fleuve rouge et lors de l'évacuation de la frontière chinoise.

Rapatrié après deux séjours de 30 mois passés au Nord Viêt-Nam, il est affecté au 92e Régiment d'infanterie à Clermont-Ferrand, où il est chargé de la formation des élèves gradés du Régiment, puis de l'instruction des jeunes recrues en partance pour l'Algérie.

Le 11 octobre 1952, il se marie avec Huguette MARCHAT de Saint-Beauzire. Ils auront deux enfants, cinq petits-enfants et un arrière-petit-fils.

Début 1957, il est dirigé sur l'Algérie. Durant 36 mois, il combat dans une unité opérationnelle, puis au commando de chasse n° 24, qui opère dans le Nord-Constantinois.

Après son retour en France, il est affecté à L'État-major de la 52e Division militaire territoriale, où il assure les fonctions d'adjoint au chef de la sécurité militaire de cette division. A ce poste, il pourra mettre en exergue tout son talent d'enquêteur et un véritable don pour flairer les mauvais coups

Admis à la retraite début 1972, il travaille pendant sept ans dans une société de surveillance, en qualité de responsable administratif.

Dégagé de toutes activités professionnelles, en mars 1979, il s'investit alors dans plusieurs associations et organismes de défense du monde combattant. Il est membre du Conseil départemental des anciens combattants, où il siège à la commission Mémoire et à la commission Solidarité pour le département du Puy-de-Dôme, jusqu'en juin 2011, date à laquelle il quitte ces organismes pour raison de santé.

Passionné d'histoire et tout particulièrement pour l'histoire de la France en Indochine durant près de quatre siècles, il oeuvre activement pour le rapprochement entre notre pays et le Viêt–Nam, en particulier en s'occupant activement d'oeuvres de parrainages d'enfants vietnamiens orphelins ou appartenant à des familles très pauvres. Lui-même parraine trois filleules.

Toujours dans le cadre du devoir de Mémoire, après un long travail de recherches, tant en France qu'au Viêt-Nam, où il s'est rendu souvent et où il a renoué des liens affectifs avec ses anciens amis, il a réalisé une exposition itinérante intitulée « France- Viêt-Nam, trois siècles d'histoire ».

Albert CONSTANT, qui habite Saint-Beauzire depuis son retour d'AFN, est titulaire de nombreuses décorations, notamment :

- Chevalier de la Légion d'Honneur
- Médaille militaire,
- Chevalier de l'ordre national du Mérite,
- Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures
- Croix de la Valeur militaire, avec 3 citations
- Croix du combattant volontaire,
- Titre de reconnaissance de la Nation,
- ainsi que plusieurs autres décorations pour compléter les rangées, comme il aimait le souligner avec l'humour qui le caractérisait.



Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016