Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Puy-de-Dôme

Photographie de la dernière activité

Les obsèques du colonel Yves VUILLARDOT ont été célébrées le 30 novembre 2019 en l'église Saint-Martin d'Yronde-et-Buron (63).

Ci-dessous le texte de l'intervention du colonel Georges FALCON de la même Promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr que le colonel Yves VUILLARDOT.

Mon camarade Yves, fils de militaire, s'est senti très tôt appelé à se mettre au service de ses concitoyens et de son pays, en s'engageant dans une carrière militaire.

Cette vocation a mûri pendant ses années de scolarité, d'abord à l'École militaire préparatoire technique de Tulle, puis au Prytanée militaire de La Flèche. On y remarque déjà son esprit de cohésion et d'entraide. Il s'y montre aussi comme un camarade franc et solide sur lequel on peut compter en cas de difficultés. Il s'y forge un caractère droit et entier.

En 1962, à l'âge de 20 ans, il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, école appelée couramment et plus brièvement « Saint-Cyr ».

Il fait partie de la Promotion qui prend le nom de « Centenaire de Camerone », en hommage à un célèbre combat de la Légion Étrangère en 1863 au Mexique, pays où l'Armée française a été engagée par l'Empereur Napoléon III.

Après deux années de formation initiale à Saint-Cyr, Yves choisit de poursuivre sa vocation dans l'Arme du Génie, dont la magnifique devise est «  Parfois détruire, souvent construire, toujours servir ».

Au cours de sa carrière, il reçoit des affectations dans diverses garnisons, tels que Angers, Besançon, Paris à plusieurs reprises, Versailles à plusieurs reprises, Amiens, Poitiers, Villacoublay et Bordeaux.

Dans celles-ci, il alterne les périodes de formation militaire et universitaire avec des fonctions à responsabilités croissantes d'ordre technique, opérationnel, d'instruction et de commandement.

Voici maintenant une évocation des grandes étapes de sa carrière militaire, dans toutes ces garnisons et dans les diverses fonctions tenues.

À la sortie de Saint-Cyr, il est affecté à l'École d'application du génie à Angers. Il suit à l'issue et durant une année un complément d'études universitaires en faculté.

Nommé au grade de lieutenant en 1965, il est affecté au 19e Régiment du génie de Besançon. Il y occupe successivement les postes d'adjoint au directeur de l'instruction, d'officier transmissions et d'officier adjoint en compagnie.

Il se voit confier, encore lieutenant, le commandement d'une compagnie de combat durant plus d'une année, charge qu'il assume conjointement avec une préparation à l'enseignement militaire supérieur.

Admis à l'École militaire supérieure scientifique et technique à Paris en 1970, au titre du diplôme technique, il suit les cours de l'École supérieure technique du génie à Versailles et se voit attribuer le diplôme technique en 1972 et le titre d'ingénieur diplômé de l'armée de terre « option bâtiments et travaux publics ».

Affecté à l'issue, à la Direction des travaux du génie à Paris, il y occupe un poste de rédacteur et d'ingénieur d'études.

En 1976, il rejoint le 5e Régiment du génie de Versailles, pour prendre le commandement d'une compagnie.

En 1978, il rejoint la Direction des travaux du génie d'Amiens et il est promu chef de bataillon un an plus tard, à 37 ans.

Affecté à l'Arrondissement des travaux du génie de Versailles en septembre 1981, il y prend les fonctions de chef d'arrondissement.. Il est promu au grade de lieutenant-colonel en 1983, à 41 ans.

Deux ans plus tard, il est muté à la Section technique des bâtiments, fortifications et travaux à Paris.

Admis en 1988, sur sa demande, dans le corps technique et administratif de l'armée de terre, il est affecté un an plus tard à la Direction des travaux du génie de Poitiers pour en prendre le commandement.

Promu au grade de colonel en 1993, à 51 ans, il est muté à la Direction des travaux et services à Villacoublay en qualité de chef de la Division infrastructure et logistique.

En 1995, il est affecté à la Direction du génie de la Circonscription militaire de défense de Bordeaux pour y prendre les fonctions de directeur adjoint et de chef de corps.

En 1998, à 56 ans, il choisit de mettre fin à sa carrière militaire, avec le grade de colonel, et après plus de 35 années de services.

Tout au long de sa carrière d'une grande diversité, et au fil de ses promotions dans les divers grades, ses supérieurs successifs soulignent constamment ses grandes qualités humaines et foncières, et ses hautes compétences techniques : caractère souriant et enjoué, souci de ses subordonnés, loyauté, dévouement, dynamisme, disponibilité totale, intelligence brillante, travailleur infatigable, souci de convaincre par la concertation et l'adhésion, entraîneur d'hommes, rigueur morale et intellectuelle, autorité naturelle, esprit d'initiative, conseiller judicieux, ténacité, détermination,

Il est Chevalier de la Légion d'honneur et Officier de l'ordre national du Mérite.

Yves, mon cher camarade, la Promotion « Centenaire de Camerone » te remercie de lui avoir fait honneur durant toute ta vie et te remercie pour les éminents services que tu as rendu aux armées et à la France.

AU REVOIR


La section du Puy-de-Dôme de la Société des membres de la Légion d'honneur était représentée par le général (2s) Jean-Paul Varenne-Paquet (président de section) et par le capitaine de frégate Jean-Paul Rullier (porte-drapeau).

La promotion de Saint-Cyr « Centenaire de Camerone » était représentée par le général (2s) Bernard Fauriat et les colonels (er) Georges Falcon et André Conci.

La communauté des saint-cyriens était représentée (outre les membres de la promotion du défunt) par le général (2s) Jean-Paul Varenne-Paquet (délégué de la Saint-Cyrienne) et par les généraux (2s) Daniel Dubois et Michel Finot.

L'arme du Génie était représentée par le général (2s) Daniel Dubois (Fédération nationale du Génie) et par le lieutenant-colonel (er) Daniel Darbelet.



Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016