Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Puy-de-Dôme

Photographie de la dernière activité

Le colonel (h) Pierre de LA BROSSE aurait dû avoir 100 ans le 11 février 2020.
Ses obsèques ont été célébrées le 28 décembre 2019 à l'église Saint-Pierre de Messeix.


Ci-dessous le texte des interventions.

1 - Monsieur Philippe Pommier, neveu du défunt.

Le colonel Pierre de La Brosse a consacré sa vie à des idéaux qui le dépassaient et qui nous dépassent : son pays, l'Europe, sa famille, son village et notre Dieu.

Son pays d'abord en s'engageant tout jeune homme dans l'armée française et en participant aux combats pour la libération du territoire, d'abord en Italie, puis en Allemagne, ensuite au Maroc, un pays et des habitants qu'il a profondément aimés comme officier aux Affaires Indigènes et enfin à nouveau en Allemagne.

Sa carrière militaire lui a valu d'être décoré à plusieurs reprises et honoré du titre d'officier de la Légion d'honneur. Nous remercions les membres de cet ordre national ici présents.

Oncle Pierre est tout entier dans ce paradoxe : d'une même volonté il a bravé l'ennemi allemand au combat, mais il a aussi affronté les préjugés de l'après guerre en épousant tante Gisela, dont la famille était farouchement opposée au national-socialisme. Cela montre bien qu'il était tout à la fois un homme de principes et un homme de coeur.

Il est resté un européen convaincu, ayant trop connu sans doute ce que la haine et la division pouvaient produire de pire dans le coeur des hommes. Et encore dernièrement, il s'inquiétait de voir les pays européens s'éloigner les uns des autres.

Il était aussi très attaché à sa famille, attentif à chacun, préoccupé de l'avenir pour ses neveux et nièces, se réjouissant des bonheurs, présent dans les moments de peine. Il savait la valeur des multiples fils qui tissent l'histoire d'une famille et résistent à l'usure du temps.

A ces racines familiales, il liait son attachement à l'Auvergne et particulièrement à Messeix, où après y avoir séjourné enfant, il a souhaité prendre sa retraite et s'investir dans la vie locale. Nous pouvons témoigner combien il aimait ce pays, son village, ses habitants avec toutes les différences d'engagement de chacun.

Alors que la maladie le tenait éloigné de Messeix, il demandait toujours des nouvelles, se souvenant de chacun et nous racontant mille anecdotes.

Comme sa maison située à l'ombre du clocher, il avait placé sa vie sous le regard de Dieu. Les épreuves ne l'ont pas épargné et la première d'entre elles, la souffrance de ne pas avoir eu d'enfants. Mais il s'est toujours montré fidèle au Dieu créateur, le servant dans la paroisse, soutenant les oeuvres de l'Église, modèle de constance et de confiance dans le Seigneur.

Oncle Pierre, héritier d'une tradition militaire et d'un lignage familial a voulu rester fidèle aux valeurs que portent ses racines : honneur, courage, sacrifice, mais aussi charité et service du prochain.

Sa grande rectitude morale et son exigence pour lui même lui donnait parfois un masque de sévérité. Mais derrière ce masque il y avait un homme de coeur, qui n'était jamais indifférent aux joies et aux peines des autres, proches ou lointains.

Nous l'avons connu souffrant mais aussi tendre, gardant son sens de l'humour et ouvert aux autres.

Ces dernières années, il aura vécu dans la nuit et le brouillard de la cécité. Une épreuve pour sa dignité, une épreuve pour sa foi, soutenu par son épouse, unis comme ils l'avaient promis le jour de leur mariage, offrant ainsi un merveilleux témoignage d'amour conjugal.

Aujourd'hui, il sait. Il a rencontré son Créateur et il a les réponses aux questions qu'il se posait sur le sens de la vie et de la souffrance. Il sait aussi que sa fécondité s'est exprimée mystérieusement et que sa vie ne fut pas vaine.

Il a porté le flambeau, il a couru sa course jusqu'au bout, il est auprès de Dieu pour vivre de la récompense des justes qui ont mené le bon combat.

Il s'est éteint le 25 décembre, le jour où nous célébrons Dieu qui s'est fait homme pour que tout homme participe à la vie divine. C'est un dernier message d'oncle Pierre qui nous invite à aller de l'avant et à vivre dans l'espérance de la Résurrection.


2 - Général (2s) Jean-Paul Varenne-Paquet, président SMLH 63.

Je prends la parole en tant que président de la section du Puy-de-Dôme de la Société des membres de la Légion d'honneur.

Les circonstances particulières de cette fin d'année, n'ont pas permis à toutes les personnes qui l'auraient souhaité d'être présentes. Elles m'ont demandé de les représenter, au titre la Légion d'honneur, notamment le Professeur Jean Ponsonnaille, conseiller départemental de Chamalières et Monsieur Louis Giscard d'Estaing, maire de Chamalières, lieu de résidence du colonel et de Madame de LA BROSSE.

Je représente également Madame Martine Brunswig, en déplacement à l'étranger, présidente du comité de Clermont-Fd, ainsi que les autres membres de la Légion d'honneur qui n'ont pas pu se déplacer.

Or, c'est précisément la Légion d'honneur qui reconnaît et récompense le parcours exceptionnel sous ses différentes formes, du colonel Pierre de LA BROSSE.

Le colonel Pierre de LA BROSSE a d'abord reçu la croix de chevalier, suite à un décret présidentiel du 29 décembre 1961. Puis il a été promu officier, par un décret du 30 janvier 2008.

La Légion d'honneur est la plus élevée des distinctions françaises et l'une des plus connues dans le monde entier.

Elle a été instituée par Napoléon Bonaparte, Premier consul, en 1802. Elle est un ordre à la fois civil et militaire, pour servir de ferment de l'unité nationale, après les années difficiles qui ont suivi la Révolution de 1789. Elle traduit la reconnaissance de mérites éminents, pour les services rendus à la Nation.

Les mérites éminents se définissent comme une synthèse de l'excellence dans différents domaines d'activité, mais toujours par un apport au bien commun ou au rayonnement de la France dans le monde.

Depuis plus de deux siècles, la Légion d'honneur a traversé tous les régimes, toutes les guerres et toutes les crises que la France a connus.

Elle est universelle et intemporelle parce qu'elle touche a quelque chose d'essentiel dans la vie des nations, bien au-delà des mutations politiques, sociétales et technologiques.

Les décorés de la Légion d'honneur se regroupent dans une association, qui a le nom de Société des membres de la Légion d'honneur. Elle est articulée en sections départementales et en comités qui correspondent globalement aux arrondissements.

Le colonel Pierre de LA BROSSE a toujours été un membre fidèle de notre association et dès que sa disponibilité le lui a permis, il s'est investi directement en créant un comité à La Bourboule, pour regrouper les membres de la Légion d'honneur résidant à proximité, et trop éloignés du comité de Clermont-Fd, dont ils faisaient partie auparavant.

Sous la présidence du colonel Pierre de LA BROSSE, le comité de La Bourboule a affirmé une forte identité, un sens très élevé de l'engagement collectif, de la part des membres de la Légion d'honneur, animés par le sens du devoir pour la faire rayonner, en diffuser les valeurs et agir par des actions d'entraide et de solidarité.

J'ai rencontré tout récemment le colonel Pierre de LA BROSSE et son épouse dans leur résidence de Chamalières et je me réjouis de nos échanges particulièrement riches, sincères et chaleureux.

Nous garderons tous le souvenir d'un homme rayonnant et généreux, très attaché aux valeurs authentiques et humaines. Nous perdons aussi un ami avec lequel nous étions très liés et dont nous préparions activement le centenaire pour le 11 février prochain.

En tant que président de la section du Puy-de-Dôme de la Société des membres de la Légion d'honneur, je salue tout particulièrement le parcours exceptionnel du colonel Pierre de LA BROSSE et je lui exprime toute ma reconnaissance.

Je m'incline respectueusement devant lui et j'assure son épouse et tous ses proches, de notre totale sympathie et de notre entier et amical soutien.




Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016